Pôle prévention

Prévenir pour mieux dormir
en partenariat avec

Prévenir pour mieux dormir2018-03-23T12:54:48+00:00

Le sommeil est primordial pour la récupération mentale, physique et physiologique.

De l’adolescence à l’âge adulte, le sommeil connait de nombreux changements tant dans sa structure que sur son rythme. Les jeunes vont spontanément retarder leurs horaires de sommeil. En moyenne, un jeune a besoin de 8h à 10h de sommeil. L’association entre le décalage des heures de coucher et les contraintes horaires du réveil le matin, expliquent que lycéens, étudiants et jeunes travailleurs soient en privation de sommeil : Pour savoir comment la pratiquer.

Pour lutter contre le manque de sommeil, boire du café et consommer des substances énergisantes peut paraitre une bonne idée du fait de leur propriété « éveillante », mais attention au phénomène inverse! Si la caféine permet de restaurer sa vigilance, en abuser entraine des difficultés d’endormissement ainsi qu’une diminution du temps de sommeil et de sa qualité.

La sieste est un bon allié pour récupérer ; pratiquée de façon astucieuse, elle permet de restaurer sa vigilance et d’amoindrir l’impact de la dette de sommeil.

Enfin, rien de tel que le sport et l’activité physique régulière pour favoriser un bon sommeil, surtout si l’exercice est pratiqué en plein air et dans la journée. L’exercice entraine une dépense d’énergie et la lumière naturelle est un puissant synchronisateur de l’horloge biologique, le « chef dorchestre » de notre rythme éveil-sommeil.

La privation chronique de sommeil entraine de nombreuses conséquences: à court terme : fatigue, irritabilité, somnolence, risques d’accidents domestiques, au travail ou de la circulation. A long terme: altération des performances scolaires pouvant aller jusqu’au retard scolaire, dépression, consommation excessive de boissons énergisantes, augmentation du risque de développer une obésité et un diabète, retard de croissance…Un problème de sommeil ne doit pas être pris à la légère. En cas de doute, n’hésitez pas à en parler à un professionnel de santé.