L’exposition à la lumière bleue des écrans stimule fortement les récepteurs de la rétine, envoyant de fait à l’horloge biologique un signal « de jour » qui retarde l’endormissement et induit un retard de phase. Même des signaux lumineux extrêmement minimes ont un impact, via une suppression de la sécrétion de mélatonine.

De surcroît, à l’heure où l’activité intellectuelle et émotionnelle devrait diminuer, les réseaux, internet ou autres mails génèrent une excitation cognitive tout à fait préjudiciable au sommeil. Cette tension nuit au ralentissement nécessaire à l’instauration du sommeil et elle est relayée par “l’effet sentinelle” induit par les téléphones portables laissés allumés la nuit.

Place des écrans avant d’aller dormir

Vidéo réalisée par la Fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable

Se rappeler sans cesse l’importance du « couvre-feu digital »

Limiter l’exposition à la lumière des écrans le soir ne suffit pas ! Il faut aussi minimiser l’hyper-éveil ou le stress induit par la cyberconnexion le soir avant de s’endormir: mettre fin aux échanges avec le monde extérieur et bien préparer son « espace préservé » pour dormir… Ainsi, ne pas consulter sur internet des pages anxiogènes est une mesure de simple bon sens. En bref, on instaure un « couvre-feu digital » au profit d’activités relaxantes comme la lecture ou la musique… Et on met son téléphone en mode avion pour éviter tout réveil intempestif.

Réponses des experts

On préconise souvent d’éviter les écrans le soir, surtout s’ils sont regardés de près, parce que l’intensité lumineuse peut à la fois maintenir éveillé (et empêche ainsi de ressentir les signes de somnolence qui indique qu’il faut se coucher). Mais la lumière peut également décaler notre horloge biologique et, de ce fait, retarder l’endormissement et rendre le réveil matinal plus difficile !
Un gros inconvénient du téléphone la nuit est qu’il nous maintient dans un « qui vive » tout à fait nocif pour la bonne qualité du sommeil. Tant que vous vous rendormez facilement, tout va bien, mais cela risque néanmoins d’alléger ce sommeil.
Tout dépend de la musique écoutée. Si vous n’avez pas de troubles du sommeil, pourquoi pas. En revanche, si le sommeil est fragile, la musique peut rendre l’endormissement plus difficile.